fbpx

VOIR LE VERRE À MOITIÉ PLEIN OU À MOITIÉ VIDE ?

Partage cet article sur les réseaux ->
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur linkedin

Voir le verre à moitié plein ou à moitié vide ?

Aujourd’hui on va parler d’optimisme et de pessimisme.

J’entends souvent dire les gens :

“Il faut que je sois optimiste”, “Il faut que je vois le positif dans chaque chose que je fais”, “faut que je sois possible dans chaque chose que j’entreprends c’est comme ça que je trouve le bonheur c’est comme ça que tu es heureux dans la vie”

Et tu sors tout le temps les petites choses positives même s’il y a un tas de trucs négatifs. Si il y a un tout petit peu de positif, il faut que tu le vois et il faut que ce soit ça qui te booste.

C’est vrai qu’il peut y avoir des motivations qui viennent de choses positives et c’est bien de réussir à voir des choses positives mais c’est tout autant important de recueillir aussi tout ce qui est négatif. 

Voir le verre à moitié vide : quels bénéfices ?

Tes émotions négatives permettent d’entrevoir ce qui te plaît ou ce qui ne te plaît pas. Il ne faut pas le shunter complètement,ni le jeter, en l’accueillant, tu peux voir ce que ça peut réveiller chez toi.

Pourquoi tu n’aimes pas ça ? Qu’est ce que ça révèle comme valeur chez toi ? Qu’est ce que ça vient toucher en toi ? Pourquoi ça ne plaît pas ? Et qu’est ce qui te plaît pas là-dedans ?

En prenant le temps d’analyser, ça te permet de mieux visualiser ce que tu aimes ou ce que tu n’aimes pas et ça on va y revenir très souvent. C’est ça qui permet d’entrevoir là où tu as envie d’aller, vraiment ta vision profonde.

Du coup quand tu es optimiste, tu as un avantage, qui est que tu vois le bonheur dans chaque chose que tu fais mais tu as ce désavantage là qui est que tu as tendance à oublier tout ce qui est négatif aussi. 

Donc, des fois, tu ne vas pas te prémunir des dangers potentiels qui peuvent arriver au cours de ton chemin à parcourir pour atteindre ton but, pour atteindre ton rêve ou ton objectif.

Quand tu es pessimiste, tu vas dire ouais ça c’est nul, ça ne marche pas. Tu vas voir tout ce qui manque, voir tout ce qu’il n’y a pas, tu vas voir tout ce qui est mauvais dans quelque chose qui est parfois neutre. 

Et du coup tu ne vas pas forcément te contenter aussi de ce qui est positif.

L’avantage c’est que tu vas entrevoir tous les dangers potentiels qui pourrait y avoir à faire quelque chose ou à commencer quelque chose. Par contre, à l’inverse tu vas avoir tendance à ne voir que le négatif et ça peut impacter moralement , tout le temps. Quand tu vois que le mauvais partout, tu te mets à ruminer, ça te fait des idées noires ça te donne pas de motivation.

Voir le verre à moitié plein ou à moitié vide – où est l’équilibre ?

On peut apporter un peu de nuance à ce qui est extrême. Je trouve que dans ce monde on est de plus en plus polarisé. Soit bien, soit mal, soit plus, soit moins, et il y a un truc qui est vrai, c’est que quand on est polarisé les gens ont tendance à plus nous écouter. Enfin quand quelqu’un est clivant, on a plus tendance à croire qu’il sait ce qui fait, qu’il sait où il va, parce que c’est ferme, c’est carré, c’est catégorique. T’a tendance à faire plus confiance aux gens qui sont dans les extrêmes on va dire.

Je trouve ça un peu malheureux parce que tout le monde manque un peu de nuance. Je pense qu’il faut un peu de nuance dans tout ce qu’on fait. Mais quand tu mets un peu trop de nuances, les gens se disent : “il est indécis”, “il ne sait pas trop où il est”. Du coup tu as moins tendance à impacter les gens quand tu es nuancé.

Il y a des gens qui sont polarisés naturellement et des gens qui font exprès d’être polarisé justement à cause de ce biais psychologique qui fait que tu as tendance à plus croire quelqu’un qui est catégorique et extrémiste. On y reviendra dans d’autres vidéos quand on parlera des biais cognitifs ou de psychologie en général. Ça me fascine, il y aura de quoi faire.

Pour en revenir au sujet aujourd’hui il y a deux types de gens qui sont optimistes et pessimistes on peut parler d’optimisme de but ou d’optimisme de chemin. 

Optimiste et pessimiste de but

L’optimiste de but va se dire “ouais je vais y arriver”, “j’ai envie d’aller là bas je sais que je peux y arriver”, “j’ai toutes les capacités en moi”, “les gens aussi me soutiennent et donc je vais réussir à atteindre ce but là”, “ça va bien se passer”.

Alors que le pessimiste de but va dire : “non mais j’y arriverai pas”, “c’est trop loin”, “j’ai pas les capacités”, “je manque de confiance”, “je manque de choses qui fait que je n’y arriverai pas”,(on parle de l’objectif)

Optimiste et pessimiste de chemin

Quand est optimiste de chemin et ben tu vas avoir tendance à dire: “je vais y arriver mais ce sera facile d’y arriver”, “j’ai pas besoin de mettre beaucoup de choses en place”, “tout va se passer aisément”, “ça va être assez simple”, “des gens peut-être vont m’aider pendant le parcours”,”je me laisse aller je me laisse guider tout se passera bien” 

Alors que le pessimiste du chemin dira plutôt : “non là ça ira pas il y aura des obstacles comme ça”, “ça ne va peut-être pas fonctionner il faut que je prévois, il faut que l’anticiper” et du coup je prévois les dangers je me prémunie un peu de ce qui pourrait se passer de mal, de néfaste, et j’essaye d’avancer quand même avec ça. Ça, c’est intéressant.

Voir le verre à moitié plein ou à moitié vide, qu’est ce qui est le mieux finalement ?

De mon point de vue, je trouve que le modèle (si on peut le dire comme ça, parce que chacun est différent) qui serait le plus optimisé pour atteindre un but serait d’être optimiste de but et pessimiste de chemin.

C’est à dire que tu sais que tu vas y arriver, tu sais que tu as envie d’y aller. Tu as envie d’atteindre ce but, cet objectif, c’est ça qui tient à cœur. Tu sais où tu veux aller par contre, ce ne sera pas facile d’y arriver. Le parcours à faire sera peut être semé d’embûches, il y aura peut-être des obstacles, ça va pas être facile, des gens vont devoir t’aider, il va falloir que tu te serves de ça. Que tu prévois des choses que, tu te dis qu’il y aura peut-être des dangers et que tu anticipes toutes ces choses là pour mieux atteindre ton but. 

C’est cette vision là que j’en ai.


Vidéo : Voir le verre à moitié plein ou à moitié vide ?

.

Envie de voir d'autres articles ?